AGENCE DE CONSEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT A L'EXPATRIATION A DUBAi

+33 (0) 6 50 00 20 00 / +971 (0) 5 86 85 02 03

Témoignage : Faire un stage de césure chez Deloitte à Dubaï

Rencontre avec Yamine, étudiant dans la Grande Ecole française TBS Education et stagiaire chez Deloitte à Dubaï !

 

Bonjour Yamine, peux-tu te présenter ?

Bonjour, je m’appelle Yamine, j’ai 23 ans et je suis actuellement étudiant en Programme Grande Ecole à TBS Education. Je fais mon premier stage de césure à Deloitte Dubaï en International Tax and M&A.

 

Lire plus : Une nouvelle école de commerce s’implante aux Emirats ! 

 

Qu’as-tu fait avant d’intégrer TBS Education ?  

Alors avant d’intégrer TBS Education, j’ai fait une première année de prépa ECS et ensuite j’ai fait un DUT GEA à Saint Etienne. Le DUT a été pour moi une formation extrêmement enrichissante car c’était une formation très complète qui touchait à tous secteurs de l’entreprise (Marketing, RH, Comptabilité, Fiscalité, etc.). Elle m’a permis d’acquérir de solides bases pour la suite de mes études en école de commerce. J’ai ainsi pu aborder ma L3 sereinement surtout en comptabilité et en gestion financière. J’avais même la capacité de donner des cours de compta avant les partiels, aux élèves issus de prépa !

 

Lire plus : TBS Education : employabilité, international, faculté et expérience étudiante !

 

Quelles expériences as-tu eu avant ton départ à Dubaï ?

Ce n’est pas la première fois que je viens à Dubaï pour un stage. J’avais déjà fait un stage ici au sein d’une start-up, OuiActive, qui développe une application pour les étudiants de la 6ème à la Terminale. Cette application permet d’accompagner les étudiants tout au long de leur scolarité en leur apportant un support de cours à travers des vidéos et des jeux interactifs. Cette première expérience m’a permis de développer mes compétences en stratégie d’entreprise et en gestion de projet.

Mais avant de venir à Dubaï, j’ai effectué plusieurs stages en France notamment dans le cadre de mon DUT GEA. J’ai accompli un premier stage au sein du réseau d’agences immobilière ORPI et un second en marketing BtoB chez Technetics, entreprise spécialisée dans les solutions techniques d’étanchéités. D’un point de vue académique, j’ai aussi effectué un échange Erasmus à Maastricht au Pays où j’ai pu étudier la Corporate Governance et la finance immobilière.

 

À Dubaï, tu as rejoint Deloitte, un cabinet du Big Four, a quoi ressemble tes missions ?

Les missions que j’effectue chez Deloitte sont très variées et intéressantes. J’ai la chance de faire partie d’un département extrêmement dynamique, International Tax. J’ai commencé mon stage par des formations sur le fonctionnement du groupe et des différentes procédures. Ensuite, j’ai été formé sur la fiscalité internationale des pays du Moyen-Orient.

Après cette formation très importante et enrichissante. Petit à petit, j’ai été impliqué dans différents projets avec plusieurs consultants, ce qui m’a permis d’apprendre et de m’imprégner des méthodes de travail chez Deloitte. Cette entreprise travaille énormément en équipe, les projets ne sont pas attitrés à un unique consultant mais à toutes personnes jugées compétentes, et c’est vraiment ce qui m’a plu chez Deloitte. Le travail d’équipe est, selon moi, primordial au sein d’une entreprise, peu importe la taille.

 

Lire plus : Découvrez le conseil en innovation chez Deloitte ! 

 

Une journée type à Deloitte sa ressemble à quoi ?

Les journées chez Deloitte commencent généralement aux alentours de 9h du matin, avec une petite réunion rapide sur les projets en cours. Nous avons aussi une réunion hebdomadaire avec tous les collaborateurs du département afin de d’échanger sur les différents projets en cours, les personnes impliquées, les deadlines et les capacités de chacun afin de venir en aide aux collaborateurs qui en ont besoin.

Il n’y pas vraiment de journées type qui va se répéter tout au long de semaine. Les journées sont rythmées par les projets en cours, les réunions avec les collaborateurs, les rendez-vous clients, la rédaction de rapports, etc. Il y a énormément d’interactions avec différentes personnes tout au long de la journée, l’équipe est vraiment très soudée et dynamique.

 

Pourquoi avoir choisi de faire ton stage à Dubaï ?

J’ai choisi de faire mon stage à Dubaï car je voulais sortir de ma zone de confort et découvrir une nouvelle façon de travailler. En effet, je pense que la meilleure façon de progresser rapidement dans un domaine est de sortir de sa zone de confort et de s’émerger totalement dans ce que l’on veut apprendre. Si je devais donner l’exemple de l’anglais, je n’ai jamais autant progressé durant ces 6 derniers mois que durant toute ma scolarité. J’avais déjà un assez bon niveau avant de venir (930 au TOEIC et 97 au TOEFL), mais j’ai réellement progressé avec ce stage, avec les interactions quotidiennes et surtout en apprenant beaucoup de vocabulaire juridique et fiscal afin de pouvoir comprendre puis rédiger les rapports d’analyse.

 

Peux-tu nous décrire Dubaï de ton œil étudiant ? 

D’un point de vue étudiant, la ville de Dubaï est incroyable, cependant le niveau de vie est un petit élevé que la France et peut être parfois difficile à assumer pour des étudiants. En effet, les sorties et activités sont un peu cher surtout si l’on veut en faire souvent. Étant donné que le statut d’étudiant stagiaire n’existe pas vraiment ici, les rémunérations varient énormément d’une entreprise à une autre.

Pour se déplacer à Dubaï, il vaut mieux être véhiculer, la ville a été pensée pour se déplacer en voiture. Les transports en communs ne sont pas très efficaces, il faut souvent beaucoup marcher pour atteindre la destination souhaitée et les taxis quotidiens peuvent vite devenir onéreux. Il est possible de louer une voiture sur plusieurs mois pour environs 250-300 euros par mois.

 

Lire plus : Transports à Dubaï : comment se déplacer ?

 

Concernant la nourriture, cela varie aussi beaucoup en fonction du quartier où l’on se trouve. Il est cependant là aussi possible de trouver des petits restaurants assez abordables d’autant plus qu’il existe plusieurs applications mobiles pour faire des économies.

 

Depuis ton arrivée, quelles sont les principales difficultés que tu as rencontrées ?

Depuis mon arrivée, j’ai rencontré quelques petites difficultés mais rien d’insurmontable. Notamment avec l’administration des Émirats. En effet, pour pouvoir rester plus de 3 mois au Émirats, il faut être titulaire d’un VISA résident. Pour obtenir ce VISA, il y a plusieurs démarches administratives à effectuer et il est peut être parfois difficile, quand on est nouveau dans le pays, de les faire correctement sans perdre de temps. C’est pourquoi, il est peut-être judicieux de passer par un prestataire externe que Dubaï D-Day.

Dans la plupart des cas, c’est l’employeur qui prend en charge toute cette partie administrative. Cela n’a malheureusement pas été mon cas en tant que stagiaire.

 

À l’issue de ton stage, souhaiterais-tu revenir aux Émirats Arabes Unis ?

À l’issue de mon stage et de mes études, je souhaiterais revenir aux Émirats pour quelques années. J’ai vraiment apprécié ces 6 derniers mois à Dubaï et j’aimerais donc y revenir pour y travailler. Ce que j’apprécie beaucoup ici, est le fait qu’il est possible de travailler et gagner sa vie convenablement et de profiter des avantages et activités que la ville a à offrir. C’est un mode de vie vraiment à part et qui, je pense, n’existe nulle part ailleurs.

 

Un conseil à donner à des étudiants qui souhaiteraient faire de la finance ?

Si j’ai un conseil un donné à des étudiants qui souhaiteraient faire un stage en finance en cabinet de conseil ou dans l’un des Big 4, bien travailler les questions techniques sur le poste en question est indispensable. Il est possible de s’entrainer pour les entretiens avec des plateformes comme Trainy.co. Une certaine appétence pour les chiffres est tout de même appréciée afin de rapidement s’adapter aux méthodes de travail de l’entreprise.

 

Lire plus : Dubaï : Une destination pour les étudiants mais aussi les écoles

 

Il faut aussi noter que le networking est important en finance, plus que dans les autres secteurs d’activités.

Aujourd’hui être bon en finance ne suffit plus pour se démarquer, un excellent sens du relationnel et vision globale de l’entreprise sera primordial.

 

Et pour ceux qui hésiteraient de partir à Dubaï ?

La maitrise de l’anglais sera, à mon sens, le seul prérequis à une expérience réussie à Dubaï. Une personne extravertie sera aussi plus à l’aise pour faire de nouvelles connaissances, même si les gens sont tout de même très avenants avec les nouveaux arrivants. Dubaï étant une ville très cosmopolite et multiculturelle, être ouvert d’esprit aidera beaucoup à l’intégration. De plus, nous retrouvons rapidement nos marques car la ville est très bien développée au niveau des infrastructures.

 

Lire plus : Le networking, comment créer et développer son réseau ! 

 

Le mot de la fin ?

Si tu n’es pas le plus doué, soit celui qui travaille le plus.