AGENCE DE CONSEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT A L'EXPATRIATION A DUBAi

+33 (0) 6 50 00 20 00 / +971 (0) 5 86 85 02 03

S’expatrier à Dubaï en famille : Ce qu’il faut savoir !

Les Émirats Arabes Unis sont la nouvelle destination de nombreux expatriés venus chercher le travail et la qualité de vie que représente la grande ville de Dubaï. Seul, entre amis, en couple, mais aussi en famille, la mégalopole de Dubaï attire chaque année des centaines de milliers d’expatriés souhaitant réussir leur carrière et leur nouvelle vie dans la ville de tous les possibles. Partir travailler et vivre à Dubaï en famille, c’est désormais l’aspiration de nombreux d’entre nous, avec la garantie du dépaysement dans un cadre dynamique et international très sécurisant !

S’installer à Dubaï en famille est une réelle opportunité, la ville des Émirats Arabes Unis a déjà séduit des milliers de familles expatriés : 82 % de la population est ainsi constituée d’étrangers, avec pas moins de 22 000 ressortissants français. Si, vous aussi, Dubaï et l’expatriation en famille font partie de vos projets les plus chers, découvrez à travers cet article tout ce dont vous devrez savoir avant de partir à Dubaï en famille !

 

S’expatrier à Dubaï en famille : les formalités du visa

 

Le visa de travail à Dubaï

D’abord, si vous devez faire un simple aller-retour pour faire du repérage avant de vous expatrier à Dubaï en famille, vous n’avez pas besoin de visa si vous êtes de nationalité française, un passeport suffit ! Lors de votre arrivée à l’aéroport, une autorisation de séjour vous sera remise, elle vous donne le droit de rester 90 jours sur le territoire. Mais attention, cette autorisation de séjour ne vous permet pas de travailler à Dubaï.

Ainsi, pour travailler et vivre à Dubaï en tant qu’expatrié, il est obligatoire d’avoir un visa de travail. Pour l’obtenir, il faut décrocher un contrat de travail ou, à défaut, une offre d’emploi officielle avec promesse d’embauche. L’employeur sera alors le sponsor. Le plus souvent, c’est au sponsor de se charger des démarches afin d’obtenir le visa, mais aussi de trouver un logement et de payer le billet d’avion. Il pourra cependant être nécessaire de faire traduire quelques documents officiels afin de régulariser les démarches. Une fois la personne arrivée au pays, l’entreprise s’occupe des démarches pour obtenir un permis de résidence et un permis de travail délivré par la Direction générale de Résidence et des Affaires étrangères de l’émirat et tamponné sur le passeport.

 

Et comment faire venir votre famille à Dubaï ?

Une fois que le mari ou la femme obtient son permis de résidence, il/elle peut alors parrainer à leur tour les membres de sa famille. Les expatriés sont autorisés à demander un visa de résidence pour leur conjoint, leurs enfants et même leurs parents aussi longtemps qu’ils répondent à certains critères. L’étranger doit avoir un salaire d’au moins 4 000 AED ou 3 000 AED pour pouvoir demander un visa de résidence pour son conjoint et ses enfants, tandis qu’un salaire de 10 000 AED est requis pour les étrangers qui obtiendront un visa de résidence pour leurs parents. Certains employeurs peuvent proposer de prendre en charge autant les démarches que les frais liés à cette étape.

 

Vivre à Dubaï en famille : les essentiels

 

Se loger à Dubaï en famille

Ayant connu un véritable boom de l’immobilier ces dernières années, la ville de Dubaï ne manque pas de logement, du simple studio à la villa luxueuse. Le coût d’une location varie énormément, selon le quartier sélectionné, la taille du logement, son ancienneté et son état général. Généralement pour un expatrié, le logement est fourni par son employeur, ou à défaut, une indemnité de logement y correspondant. Bien souvent, il faut avancer une année entière de loyer au propriétaire. Il est parfois possible de négocier avec le propriétaire de payer cette somme en deux ou trois fois.

Après avoir vécu au moins 6 mois sur le territoire, un expatrié peut acheter un appartement ou une villa. Si le bien immobilier est d’une valeur de plus de 750 000 AED, il obtient alors le statut de résident.

 

L’assurance santé

L’assurance santé est aussi un élément à prendre en compte si vous comptez vous expatrier à Dubaï en famille. En effet, Dubaï impose à leurs résidents étrangers de disposer d’une assurance santé privée, fournie par leur employeur s’ils sont salariés, ou financée par eux-mêmes (ou leur entreprise sponsor) s’ils sont travailleurs indépendants. Cette assurance doit offrir une couverture minimale. L’assurance santé peut être prise en charge par l’employeur, mais nombreux aussi sont les expatriés qui choisissent de souscrire aussi une assurance santé internationale, leur offrant en plus une prise en charge en cas de besoin de rapatriement.

 

Les établissements scolaires pour les enfants

Qu’il s’agisse d’une expatriation à Dubaï en famille ou ailleurs dans le monde, trouver la bonne école ou le bon lycée pour les enfants est souvent la tâche la plus difficile à accomplir ! Néanmoins à Dubaï, les infrastructures d’enseignement sont de très haut niveau. De l’école maternelle au lycée, français ou international, il y a tout ce dont vos enfants ont besoin pour étudier dans de bonnes conditions.

Il y a trois lycées français à Dubaï : Georges Pompidou, Jean Mermoz et l’AFLEC. La scolarité y démarre dès les petites sections et l’enseignement y est fait en français et en anglais (pour les classes multilingues). Toutefois, en raison du grand nombre d’expatriés, il faut commencer les démarches le plus rapidement possible, pour mettre toutes les chances de votre côté pour intégrer votre enfant à l’établissement de votre choix. Il faut noter aussi que la société qui vous emploie peut parfois participer au coût de l’enseignement de vos enfants.

 

Les moyens de déplacement à Dubaï

Lignes de métro, de bus et de tramway composent le réseau de transport en commun qui est assez peu utilisé. En effet, la voiture personnelle ou de fonction reste le transport le plus utilisé, et bien pratique lorsqu’on est à Dubaï en famille. Le carburant est bien évidemment moins cher qu’en France, pays du pétrole oblige ! Cependant, conduire aux EAU lorsqu’on est expatrié nécessite d’être en possession d’un permis de conduire international en plus du permis français, par exemple.