AGENCE DE CONSEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT A L'EXPATRIATION A DUBAi

+33 (0) 6 50 00 20 00 / +971 (0) 5 86 85 02 03

Faire un stage de 3 mois à Dubaï

Étudiant en Master de Management Stratégique, Jules a répondu à nos questions concernant son expérience dubaïote en tant que stagiaire chez ActivStudy.

 

Bonjour Jules, peux-tu te présenter ?

Bonjour, Je m’appelle Jules Albaret, j’ai 22 ans et je réalise actuellement une année césure avant de finaliser mon Master de Management Stratégique spécialité Management de l’Innovation au sein d’une IAE de France.

 

Qu’as-tu fait avant d’intégrer l’IAE ?

Après un baccalauréat ES, j’ai fait 2 ans en Licence Administration Economique et Sociale (économie – droit – gestion). J’ai par la suite intégré la Toulouse School of Management (anciennement IAE Toulouse) en L3 en rejoignant le parcours Management.

 

Quelles expériences as-tu eu avant ton départ à Dubaï ?

A cause de la crise sanitaire je n’ai pas pu réaliser mon stage de fin de L3. Néanmoins, durant ma première année de Master j’ai eu l’occasion de mener un projet tutoré auprès d’une entreprise du secteur agroalimentaire, ainsi qu’une mission de conseil en création d’entreprise pour le compte de la Junior Entreprise de mon école.

 

A Dubaï, tu étais bras-droit du CEO d’ActivStudy, quelles étaient tes missions ?

ActivStudy est une start-up spécialisée dans le soutien scolaire et l’organisation de stage et évènement en lien avec l’éducation. En tant que bras droit du CEO, mes tâches étaient très diversifiées et j’ai été amené à travailler sur pratiquement tous les aspects de l’entreprise.

Il est donc compliqué de dresser une liste exhaustive de mes tâches mais les thématiques principales étaient les suivantes :

  • Stratégie d’entreprise (diagnostic interne, étude de marché, plan d’évolution)
  • Business développement (création de nouvelles offres et produits, développement de marché, partenariats)
  • Gestion de projet digital (refonte du site web de l’entreprise)

 

Une journée type en start-up ça ressemble à quoi ?

Je travaillais dans un espace de coworking/incubateur au sein duquel nous avions des bureaux privés mais aussi accès à des open-spaces. En fonction de mes tâches et de mon humeur je pouvais donc m’installer dans un de ces deux espaces (les bureaux étant plus calmes et propices à la concentration et l’open-space étant plus vivant et dynamique).

Mes horaires étaient assez classiques mais mon patron me laissait une certaine flexibilité pour gérer mon temps, ce qui était agréable.

J’étais très autonome dans l’organisation et la réalisation de mes tâches. Je m’entretenais quotidiennement avec le CEO pour lui faire part de remarques ou de l’état d’avancement de certaines tâches. En retour, lui me faisait des feedbacks et me lançait sur de nouvelles missions. Il y avait un véritable dialogue entre nous et mon avis comptait sur de nombreux sujets, ce que j’ai beaucoup apprécié.

Concernant les transports, les trajets se font essentiellement en voiture car le métro ne dessert qu’une partie de la ville. J’avais la chance d’avoir un véhicule prêté par l’entreprise et je logeais à un dizaine de minute de voiture de mon lieu de travail. Ce n’était donc pas vraiment un problème pour moi.

 

Pourquoi avoir choisi de faire ton stage à Dubaï ?

 Pour être honnête, je n’aurais pas imaginé travailler aux Emirats Arabes Unis un jour, et ce n’était pas vraiment dans mes objectifs. Néanmoins une opportunité s’est présentée à moi par le biais d’une amie de promotion et l’offre m’a intéressé.

Je voulais vivre une expérience à l’étranger depuis plusieurs années et avoir cette occasion en pleine pandémie était une véritable chance.

De plus, l’environnement start-up et le secteur de l’éducation sont des thèmes qui m’intéressaient et les missions s’alignaient avec ma formation et mes appétences professionnelles.

 

L’entrepreneuriat à Dubaï c’est comment ?

L’intérêt d’avoir travaillé dans un espace de coworking regroupant de nombreuses start-up est que j’ai pu interagir avec différents acteurs du milieu de l’entreprenariat et voir à quel point il était développé et diversifié.

J’ai également eu l’occasion de participer à des évènements appelés « French Tuesday » , organisés par le French Business Council (CCI France – UAE). L’objectif de ces soirées était de réunir des expatriés francophones évoluant dans le monde de l’entreprenariat ou au sein de grands groupes, c’était donc une bonne occasion pour rencontrer des personnes de secteurs d’activités et de professions très variées.

Comme on l’imagine, Dubaï regroupe de nombreux Venture Capitals et Business Angels. Néanmoins, il n’est pas facile pour autant de lever des fonds et les investisseurs ne donnent bien entendu pas au premier venu.

 

Peux-tu nous décrire Dubaï de ton œil étudiant ? (Avantages / Inconvénients)

Je pense que Dubaï est une ville très clivante. En effet, c’est un lieu où se côtoie deux extrêmes : l’extrême richesse et la misère. Bien que cette misère soit assez « camouflée » (pour ne pas nuire à l’image de la ville) il est difficile de ne pas s’en rendre compte.

Je logeais dans un quartier en périphérie de la ville où de nombreux bâtiments étaient en construction et j’ai donc été amené à voir les conditions de travail très difficiles des ouvriers sur les chantiers.

Ces inégalités et la superficialité pesante de certains lieux sont pour moi les aspects qui m’ont le plus dérangé.

En dehors de ça, la météo n’est pas simple. Je suis resté sur place du mois d’Avril au mois de Juillet et les températures ont oscillé entre 32°C et 44°C (avec un ressenti pouvant atteindre 51°C), cependant il semblerait que d’Octobre à Mars les températures soient beaucoup plus agréables.

Il y a aussi de nombreux avantages à Dubaï, surtout pour ceux aimant l’architectures moderne, le luxe et les activités en tout genre.

Tout d’abord, la vie est plutôt accessible. Hormis les loyers qui sont élevés, les produits du quotidien coûtent souvent moins chers qu’en France (nourriture, essence …). De nombreuses activités touristiques sont aussi accessibles à des prix raisonnables et plusieurs applications permettent d’avoir accès à des réductions intéressantes (Groupon, Entertainer, Smiles). J’ai eu la chance de faire certaines sorties et activités pour des prix vraiment très attractifs (excursions dans le désert, sortie en bateau, etc.).

Enfin, la majorité des hôtels de haut standing et bâtiments sont accessibles librement pour visiter et explorer (moyennant parfois une petite consommation sur place). J’ai donc pu me rendre dans des lieux très impressionnants sans soucis.

 

Depuis ton arrivée, quelles sont les principales difficultés que tu as rencontrées ?

Dans mon cas, une difficulté a été le fait de ne pas pouvoir faire d’activités à l’extérieur à cause de la chaleur. Passer la quasi-totalité de mon temps à l’intérieur dans des bâtiments climatisés est quelque chose qui m’a gêné sur le long terme.

Un autre aspect qui ne m’a pas dérangé mais qui pourrait en gêner certains est qu’il y a de nombreuses cultures différentes présentent sur place. Cela peut être un inconvénient, notamment pour les personnes un peu plus introverties, car en fonction d’où l’on vit il peut être difficile de se faire des amis ou de trouver des personnes qui partagent les mêmes valeurs et centres d’intérêt.

 

À l’issue de ton stage, souhaiterais-tu revenir aux Emirats Arabes Unis ?

 J’ai aimé mon séjour à Dubaï et j’y ai beaucoup appris. Cela dit je pense que j’y ai vu et fait ce que j’avais à y faire et je ne pense donc pas y retourner un jour. Cela s’explique aussi par certains aspects de la vie là-bas qui me dérangent et dont j’ai parlé plus tôt.

 

Un conseil à donner à des étudiants qui souhaiteraient faire de l’entrepreneuriat ?

Je pense qu’il n’est jamais trop tôt pour se lancer. Si vous avez un projet ou une idée qui vous motive réellement, lancez-vous ! Rien ne vous empêche de commencer doucement ou en parallèle de vos études.

Ce n’est pas quelque chose de simple et il faudra passer par de nombreuses erreurs et échecs avant de faire les choses bien et de réussir à accomplir ce que vous souhaitez. Malgré tout, ça reste une expérience qui ne peut être que bénéfique et à travers laquelle vous apprendrez beaucoup.

 

Et pour ceux qui hésiteraient de partir à Dubaï ?

 Une expérience à l’étranger est très enrichissante, tant sur le plan personnel que professionnel. De plus, Dubaï est une ville où il y a de nombreuses opportunités pour de jeunes diplômés ou étudiants. Donc si vous êtes curieux de découvrir une ville et des cultures très différentes de ce que l’on peut retrouver en Europe, je vous encourage à y aller.

En revanche, si ce que vous voyez de Dubaï sur les réseaux sociaux ne vous attire pas du tout, je vous déconseille de vous y rendre car vous ne vous y épanouirez probablement pas.

 

Le mot de la fin ?

Je dirai qu’il ne faut pas hésiter à sortir de sa zone de confort, surtout à notre âge et durant nos études. Prendre des risques et saisir les opportunités qui se présentent, même si nous n’y aurions pas penser de nous-même ou que cela ne colle pas totalement avec ce que nous pensions vouloir, se révèle souvent être une bonne décision.

Il faut bien évidemment que cela soit réfléchi mais ces expériences peuvent aider à faire mûrir nos envies et projets (professionnels et personnels).