AGENCE DE CONSEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT A L'EXPATRIATION A DUBAi

+33 (0) 6 50 00 20 00 / +971 (0) 5 86 85 02 03

Comment est la fiscalité à Dubaï ?

Les Émirats arabes unis, et plus particulièrement Dubaï, se sont imposés comme l’un des pays les plus attractifs parmi les pays arabes et au monde d’un point de vue touristique, mais aussi de l’expatriation et de l’investissement. Le soleil y est au rendez-vous toute l’année, Dubaï est aussi réputée pour son dynamisme et sa qualité de vie unique. C’est donc la destination idéale si vous souhaitez profiter d’une belle vie sociale et professionnelle.

Nombreux sont les expatriés qui ont choisi l’émirat non seulement pour son décor de carte postale, mais surtout pour son confort, son taux de criminalité extrêmement faible et ses chances d’y avoir un travail de rêve. Mais encore, Dubaï apparait pour beaucoup d’entrepreneurs comme un eldorado où tout devient possible et où, en prime, il n’y a aucun impôt à payer !

Mais justement, quels avantages fiscaux Dubaï promet-elle aux investisseurs et créateurs d’entreprises ? Comment se présente la fiscalité à Dubaï pour les entreprises qui s’y implantent ? Quels impôts à Dubaï pour les expatriés français ? Autant de questions auxquelles nous allons vous apporter les éléments de réponse les plus pertinents à travers cet article que l’équipe de Dubaï D-Day a pris soin de rédiger pour vous !

Lire plus : Tout savoir sur les possibilités pour lancer sa société à Dubaï

 

Pourquoi la fiscalité de Dubaï séduit-elle tant ?

Les expatriés qualifiés du monde entier ont toujours été attirés par la fiscalité à Dubaï. En effet, Dubaï vous offre l’opportunité de développer votre patrimoine personnel sans réduction d’impôt, l’idée de travailler et d’y vivre est alors extrêmement séduisante. Les Émirats arabes unis sont l’une des juridictions les plus attrayantes au monde. Le pays offre divers avantages pour les entreprises et les entrepreneurs, mais également à des fins de résidence. Les principaux avantages des Émirats arabes unis comprennent ainsi le statut d’exonération d’impôt, le niveau de vie élevé, l’environnement des entreprises et la stabilité économique et politique.

À Dubaï, il n’y a donc ni impôt sur le revenu, ni impôt sur la fortune, ni impôt sur les sociétés ! En ce qui concerne notamment les impôts à Dubaï pour les expatriés français, il existe une convention fiscale entre la France et les Émirats arabes unis, signée le 19 juillet 1989. Cette convention a pour but premier d’éviter la double imposition et de prévenir l’évasion fiscale. Il permet ainsi à tous les contribuables français qui ont leur résidence fiscale à Dubaï de bénéficier du modèle d’imposition des Émirats arabes unis. La convention prévoit alors que les dividendes et les intérêts de sources françaises soient imposés aux Émirats arabes unis. En revanche, les revenus immobiliers sont imposables en France. Tous les biens meubles corporels et incorporels sont imposés dans l’État où ils se trouvent. Concrètement, les intérêts et dividendes de source française sont ainsi imposés aux Émirats arabes unis, tandis que les revenus immobiliers (biens français) sont imposables en France au barème progressif de l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux.

Les avantages fiscaux à Dubaï existent bel et bien, mais il ne faut pas non plus croire au concept de la « zéro taxe absolu » à ce que certains pourraient interpréter ! Vous ne payez aucun impôt, du moins, pas directement, car bien évidemment, il existe certaines taxes indirectes par exemple la taxe d’habitation (5%) sur les locations ou la taxe sur l’alcool. Concernant ce dernier, l’alcool est lourdement taxé à l’importation : c’est 50 % pour le rapporter au pays et 30 % si vous avez un permis d’alcool et achetez de l’alcool pour la consommation à domicile ! Pour ce qui est des profits des banques internationales et des entreprises énergétiques, quant à eux, ils sont taxés au niveau fédéral.

 

 

Création de société et avantages fiscaux à Dubaï

Si Dubaï est un pôle d’attraction pour les entrepreneurs du monde entier, c’est justement avant tout pour sa fiscalité attractive. Notamment, l’impôt à Dubaï sur les sociétés est absent et aucune retenue à la source n’existe. Il n’y a pas non plus de charges sociales aux Émirats arabes unis. Les Émirats arabes unis permettent aux étrangers de créer trois types de sociétés qui diffèrent par la nature de leur fonctionnement et les lois qui les encadrent, chaque type de société possède alors ses propres avantages et inconvénients.

Lire plus : Tout savoir sur l’expatriation à Dubaï

  • La société offshore

La société offshore est la forme de société la plus simple. Elle peut être ouverte à distance directement en ligne. Un entrepreneur étranger peut détenir 100 % des actions de la société en activité d’import-export, de conseil ou d’investissement, donc sans avoir recours à un Émirati. Cependant, certaines restrictions sont appliquées aux sociétés offshore. Bien que la société soit enregistrée aux Émirats arabes unis; elle ne peut pas fournir de services ni vendre de biens aux résidents émiratis. L’entreprise n’a pas non plus d’autorisation d’employer des salariés sous contrat de travail et n’a pas le droit d’obtenir un visa de séjour.

  • La société en Mainland

La création de société locale (LLD) ou Mainland est aussi accessible aux étrangers. D’ailleurs, les conditions de création de Mainland ont été revues récemment et il n’est plus nécessaire qu’un un sponsor émirati détienne 51% des parts sociales pour un grand nombre d’activités, un étranger peut détenir alors 100% du capital. Une société en Mainland donne la possibilité de traiter directement avec les particuliers. Toutefois, si aucune taxe n’est redevable, un droit de douane de 5% est tout de même retenu en cas d’importation. Avec cette solution, il est possible d’embaucher des salariés, mais c’est le droit de travail local qui prime.

  • La société en Freezone

Enfin pour ce qui est de la société en zone franche ou Freezone, cette possibilité permet aux entreprises de bénéficier d’un accès presque illimité au marché international et à la coopération avec toutes les entreprises des zones franches des Émirats arabes unis. La société en Freezone est un bon compromis entre l’entreprise off-shore et la société locale.

Il faut savoir qu’en janvier 2018, la TVA a été introduite dans la fiscalité à Dubaï et aux Émirats arabes unis. La TVA est facturée à 5 %. L’exception concerne les produits alimentaires, la santé, l’éducation, les produits pétroliers, les services sociaux et les bicyclettes. Les secteurs des services financiers et de l’immobilier résidentiel sont également exonérés de TVA (avec certaines exceptions).